CLIN D'OEIL NATURE

Hibou moyen-duc

Hibou moyen-duc

Il existe 4 espèces de hiboux, toutes protégées, que vous pouvez rencontrer en France : le Hibou petit-duc, le moyen-duc, le grand-duc et enfin le Hibou des marais. Nous nous retrouvons ce dimanche pour un de ces oiseaux assez particuliers et exceptionnels à observer… Le Hibou moyen-duc !

Hibou moyen-duc juvénile.

Roi du camouflage grâce à son plumage au couleur de l’écorce, il n’est pas pour le moins farouche. Je l’avais rencontré, avec ses congénères, dans un camping aux abords d’une réserve naturelle. Oui, oui, un camping quand même assez peuplé à la belle saison ! Tout ce qui lui convient, ce sont des arbres (de préférence conifères : sapins ou pins), dans un espace densément boisé avec un milieu ouvert à proximité comme une prairie, un bocage ou un champ pour trouver de quoi manger…

Variété du régime alimentaire chez le Hibou moyen-duc.

Miam, miam, des mulots, campagnols, souris ou musaraignes et des oiseaux de temps en temps (comme les pinsons, moineaux, merles ou geais), lorsque les rongeurs manqueraient à l’appel. Chasseur invétéré, il est doté d’une excellente vue et d’une très bonne audition, comme la plupart des rapaces. Il entendra donc à plusieurs mètres un campagnol en train de ronger une herbacée en plein milieu d’un champ. Toutefois, il ne faudrait pas qu’il est la mégarde de rencontrer un Hibou grand-duc sur son passage, car il figure parmi ses proies préférées !

Hibou moyen-duc juvénile.

C’est un hibou de taille moyenne, à peu près celle d’une buse, qui dispose de grandes aigrettes sur la tête que l’on confond souvent à tort avec ses oreilles. Ses aigrettes sont de grandes touffes de plumes, qui se dressent ou non selon son humeur et qui lui permettraient de se camoufler plus facilement, par exemple lorsqu’il les abaisse sur un dortoir en journée.

Pour avoir la chance de le rencontrer, il est utile de savoir que :

Le moyen-duc niche essentiellement dans d’anciens nids de Pie bavarde ou de Corneille noire situés de préférence dans un conifère entre 3 et 10 mètres de hauteur. Il est plus rare qu’il s’installe dans une ancienne aire de rapace, un nid d’écureuil, voire sur une plateforme de chêne ou de saule têtard.

Source : Cahiers d’habitat, INPN

Des menaces pèsent sur les populations de ce charmant hibou, à savoir :

  • l’utilisation des rodenticides (de rodere : ronger), des pesticides visant à tuer les rongeurs tels que rats, souris, mulots…
  • la disparition progressive des haies et du milieu bocager qu’il affectionne particulièrement
  • les routes (possibles collisions avec les voitures)
  • la présence de lignes électriques
  • et les tirs effectués lors des battues de corvidés (considérés comme « nuisibles » dans de nombreuses villes en France), sachant que son nid peut se situer parmi ceux des corneilles…

Je termine cet article avec le chant du mâle moyen-duc :

Source : viagallica.com

Pour avoir la chance d’observer les oiseaux et de connaître un peu plus leurs histoires, inscrivez-vous à la prochaine sortie nature ici.

Sources et citations inspirantes :

MNHN & OFB [Ed]. 2003-2022. Fiche de Asio otus (Linnaeus, 1758). Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). Site web : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/3522 – Le 6 novembre 2022

Le Hibou moyen-duc : viagallica.com

3
close

Abonnez-vous !

Inscrivez-vous à la newsletter :

By Plume de nature

La nature est une source d'émerveillement insatiable. Passionnée par le monde du vivant depuis toute petite, je partage ici, avec vous, mes plus belles découvertes et aventures. Afin de vous aider à reconnaître facilement les oiseaux et les plantes, j'organise des sorties nature en Région Centre-Val de Loire et occasionnellement sur Perpignan et ses alentours. Bonne visite sur le blog et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *