CLIN D'OEIL NATURE

Bouvreuil pivoine

Bouvreuil pivoine

Nous nous retrouvons aujourd’hui pour parler d’un oiseau très élégant, tant par son nom d’espèce que par ses couleurs : le Bouvreuil pivoine. Il faut savoir que ce cher oiseau se plaît à apparaître dans nos contrées majoritairement l’hiver. En effet, il résiste très bien au grand froid et à la neige car il trouve sa nourriture presque uniquement sur les arbres et les buissons (Géroudet, 2010). En revanche, des températures élevées ne sont pas propices à cette espèce paléarctique dont le maximum thermique est évalué à environ 18 °C. Il se reproduit donc en Europe depuis la Scandinavie jusqu’en Espagne ou aux Balkans. Ce bel oiseau est un migrateur partiel. Certains individus vont apprécier le climat des montagnes françaises durant la belle saison pour nicher, tandis que d’autres repartiront chercher des températures qui leur semblent plus agréables, en remontant vers le nord !

Le Bouvreuil pivoine est malheureusement une espèce protégée et menacée qui pâtit de la fragmentation des habitats et de la destruction des haies. Ces dernières contribuent énormément à son mode de nourriture favori : les bourgeons, les insectes, les baies sauvages et les graines. Vous remarquerez que son bec à forme conique l’aide grandement dans le déchiquetage des graines et fruits en tout genre !

Bon à savoir : dans les années 1990, la population nicheuse de France était estimée à environ 400 000 couples (UICN France et al., 2011). Du fait d’un déclin de près de 60 % en moins de 20 ans, l’espèce est aujourd’hui classée « Vulnérable » dans la liste rouge des Oiseaux de France métropolitaine. Sa dépendance aux milieux bocagers et aux arbres ainsi que les actions humaines sur ces zones ne lui facilitent pas la tâche… Les données 2022 font d’ailleurs peur à voir. Selon l’Inventaire National du Patrimoine naturel, seuls 70 individus ont été observés pour le moment cette année !

Histogramme des observations du Bouvreuil pivoine sur les 7 dernières années en France.

Dans la Sarthe en particulier, il été observé que les Bouvreuils seraient sensibles aux traitements effectués sur les vergers industriels ce qui provoquerait une diminution des effectifs depuis une dizaine d’années (G.S.O., 1991 in Yeatman-Berthelot & Jarry, 1994). Dans d’autres pays, comme en Grande-Bretagne par exemple, la période de plus fort déclin des populations de Bouvreuil observée coïncide étrangement avec la période d’intensification de l’agriculture (1977-1982) (Proffitt et al., 2004).

Femelle Bouvreuil construisant le nid.

Intéressons nous maintenant à son mode de nidification. C’est un nicheur tardif car il dépend des graines de certaines plantes (plantains, pissenlits) pour nourrir ses jeunes. Les petites bandes hivernales se disloquent au plus tard fin mars (Grolleau, 1994 in YeatmanBerthelot & Jarry, 1994). Les couples se cantonnent en général en mars ou avril mais parfois dès février. La période de nidification peut débuter mi-avril pour terminer parfois en septembre ou même octobre (Bougerol, 1969). Le mâle choisirait l’emplacement du nid et ce serait ensuite la femelle qui le confectionnerait durant 2 à 10 jours (Géroudet, 1980 ; Ruelle, 1995).

Cet oiseau arboricole est presque toujours perché dans les branches et de préférence vers leurs extrémités (Géroudet, 2010). Il descend de temps en temps à terre pour y picorer des graines ou pour boire mais il sautille assez lourdement et n’y reste guère (Géroudet, 2010).

Peut-être aurez-vous la fameuse chance de l’apercevoir prochainement ! Sachez que bien qu’il soit peu territorial (on ne l’entend quasiment jamais chanter mais plutôt émettre des cris de contacts), c’est un grand timide ! Il ne viendra au jardin en général que lorsque peu d’autres oiseaux sont présents. Il apprécie, comme on l’a vu précédemment les arbres fruitiers des haies, en particulier les sureaux, les noisetiers, les saules ou encore les Erables champêtres. Vous savez ce qu’il vous reste à faire : chercher de jolies haies bien constituées cet hiver dans la nature ou en aménager une dans le fond de votre jardin !

Belles observations et on se retrouve, je l’espère, très bientôt pour une sortie ou même sous le sapin avec les bons cadeaux !

Sources :

ROGEON G. & SORDELLO R. (2012). Synthèse bibliographique sur les traits de vie du Bouvreuil pivoine (Pyrrhula pyrrhula (Linnaeus, 1758)) relatifs à ses déplacements et à ses besoins de continuités écologiques. Service du patrimoine naturel du Muséum national d’Histoire naturelle. Paris. 8 pages.

MNHN & OFB [Ed]. 2003-2022. Fiche de Pyrrhula pyrrhula (Linnaeus, 1758). Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). Site web : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/4619 – Le 2 décembre 2022

Mini-guide La Salamandre : Les stars de la haie

L’indispensable guide des oiseaux, éditions Belin

1
close

Abonnez-vous !

Inscrivez-vous à la newsletter :

By Plume de nature

La nature est une source d'émerveillement insatiable. Passionnée par le monde du vivant depuis toute petite, je partage ici, avec vous, mes plus belles découvertes et aventures. Afin de vous aider à reconnaître facilement les oiseaux et les plantes, j'organise des sorties nature en Région Centre-Val de Loire et occasionnellement sur Perpignan et ses alentours. Bonne visite sur le blog et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *